Les roses Kenyanes

Lorsque vous achetez une fleur au supermarché ou chez un fleuriste, savez vous où a-t-elle été cultivée ? et dans quelles conditions ? Si vous achetez une fleur en Europe, il est probable que celle ci provienne du Kenya, premier pays fournisseur de fleurs pour l’Europe. Au contraire des fruits et légumes dont l’origine est toujours mentionnée, les informations sur la culture des fleurs sont rarement fournies au client.

C’est ce que déplore Aldric Spindler, qui nous a reçu dans son exploitation Red Land Roses située à quelques kilomètres au nord de Nairobi. Ici s’étendent 30 hectares de serres sous lesquelles poussent des roses “éthiques”.

Très décriée dans les médias, la culture de rose au Kenya apparaît généralement comme énergivore, polluante et peu soucieuse des conditions de travail. Alors des roses “éthiques”, ça veut dire quoi exactement ?

Une serre de 3 hectares dans l'exploitation Red Land Roses

Avant de se piquer aux spécialités de l’exploitation Red Land Roses, nous vous présentons les étapes de la culture méconnue des roses :  

Les caractéristiques principales qui rendent les roses de Red Land Roses éthiques ont été résumées dans le tableau ci contre.

D’une part, l’aspect social est important pour Mr Spindler qui emploie environ 580 personnes en majorité Kenyanes. Les managers prêtent attention aux conditions de travail des employés, et différentes actions sont mises en place pour leur bien être au travail.

D’autre part, le côté environnemental est pris en compte à toutes les étapes de culture. De par sa formation d’ingénieur agronome à l’ENSAIA, Mr Spindler est conscient de ces problématiques et tente de  trouver des solutions pour y remédier.

Pour l’arrosage, aucune solution nutritive n’est perdue ou jetée : un système de goutte à goutte amène la solution aux plante et tout ce qui n’est pas absorbé est récupéré, stérilisé et réutilisé.

La lutte biologique est privilégiée quand cela est possible, comme dans le cas du tetranyque du rosier, un acarien parasite répandu. Lorsqu’une rose est attaquée, Red Land Roses introduit un prédateur naturel de ce dernier,  le Phytoseillus persimilis.

D’autres petites innovations ont permis de rendre les roses plus “éthiques” comme l’utilisation de ficelles à la place des agrafes sur les cartons de transport.

Grâce à toutes ces démarches, Red Land Roses a reçu plusieurs certifications, la plus importante étant celle du Kenya Flower Council qui veille aux bonnes pratiques dans les exploitations florales du Kenya.

En choisissant le marché de la qualité et non de la quantité, Aldric Spindler a réussi à améliorer le mode de production de ses roses. Il faut noter que la rose éthique a un prix, environ 6 fois plus élevé qu’une rose standard au départ de Nairobi.

Malheureusement, même pour Aldric Spindler, il est impossible de savoir où ses roses sont vendues. La traçabilité qu’il met en place de la serre à la commande est rompue par les grossistes.

Un plant greffé

L'eau de pluie est récupérée sur le toit des serres

Les roses sont triées et préparées

Une des 150 variétés cultivées

Grande exploitation rime aussi avec innovation !

Lors de notre visite, Mr Spindler nous a montré plusieurs innovations qu’il a mis en place pour faciliter le travail de ses employés.

Chaque année, les asperseurs accrochés au plafond des serres afin de maintenir l’humidité doivent être changés. Pendus à plusieurs mètres de hauteur, le nettoyage nécessite d’avancer une échelle dans les allées de rosiers, tâche répétitive,chronophage et qui abîmait les plants. Mais Aldric Spindler a des idées florissantes. Cette année, perchés sur des grandes échasses, deux acrobates vont marcher dans les allées de rosiers, décrocher les asperseurs à nettoyer pour les remplacer par des propres ! Cette solution devrait permettre de gagner du temps tout en protégeant les plants.

Les acrobates dans les serres

Noémie et Aldric Spindler

Toute l'équipe d'Harveez remercie Mr Alrdic Spindler pour son accueil dans son exploitation Red Land Roses !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *